Logo

Les Organistes en 2018

 Les connaissez-vous ?

Les organistes, celles et ceux qu'on écoute mais que l'on ne voit généralement pas car ils sont perchés sur la tribune.

Actuellement ils sont quatre au service de la liturgie, à accompagner les célébrations dominicales en l'église Saint Romain. Par ordre d'ancienneté : Elisabeth MARGHIERI, Jean Noël JOATTON, Pierre PRABLANC.

 

L'orgue, cet instrument mystérieux qui étonne chaque fois par la variété de ses jeux et leurs sonorités, selon l'accompagnement des chants ou les morceaux  interprétés.

 

HISTORIQUE DE L’ORGUE DE SAINT ROMAIN DE CUIRE

Les origines de cet instrument sont assez controversées, car il a subi de nombreuses transformations. En effet, si la boiserie révèle bien un orgue de salon, la console du type primitif Cavaillé-Coll (couvercle abattant, largeur correspondant à des claviers de 54 notes et pédalier de 20 notes, forme caractéristique des pédales de combinaison en fer) a reçu un bloc de deux claviers de 61 notes, portant la plaque marquetée « Cavaillé-Coll », et un pédalier de 32 notes, ce qui dénote à l’époque un orgue destiné au travail d’un grand organiste moderne. La traction était alors mécanique, la pédale vraisemblablement pneumatique et l’orgue possédait 7 jeux. Dans le même temps, ou un peu plus tard, le récit a été augmenté par 4 jeux placés sur un sommier pneumatique à l’arrière de l’orgue. La tendance néo-classique du commanditaire de ces travaux est manifestée par la présence d’un nasard et d’une tierce (jeux de mutation de l'orgue).

D’une manière certaine cet orgue de salon fut construit à l’origine par Aristide Cavaillé-Coll et fut acheté (au début du XXème siècle ?) par la famille Villard qui l’installa dans sa villa en face de l’église Saint-Joseph des Brotteaux.

La tradition orale parmi les organistes lyonnais voulait que cet orgue appartienne au compositeur Charles-Marie Widor (1844-1937) alors en était-il le premier propriétaire ou le conseiller de M. Villard ?  A ce jour aucune certitude.

Toujours est-il que notre orgue fut cédé à la Paroisse de Cuire en 1949. Il subit ensuite de malencontreux travaux d’électrification de la pédale et des basses du grand-orgue.

Il s’agit d’un orgue très flûté, romantique, ne possédant pas de jeux d’anches, mais néanmoins certains jeux de détail d’une grande qualité sonore.

Réalisation : MEDIANETSYS, Agence Internet une réalisation de l'Agence Web Medianetsys