A+ A A-

Editoriaux mensuels

Edito de Juillet-Aôut 2014

 Comment vous remercier en ce dernier éditorial ? Tout ce qui a été dit lors des deux messes pour mon départ, le cadeau pour un beau voyage[1], tout celà m'a énormément touché.

C'est pour moi l'occasion de laisser résonner en moi tout ce que nous avons pu partager durant ces quatre années : les amitiés toutes humaines qui sont source pour moi d'équilibre, les moments de peine et de joie vécus avec beaucoup, les temps de prière et de célébrations, les baptêmes, mariages, funérailles et eucharisties.

Lire la suite : Edito de Juillet-Aôut 2014

Edito de Mai 2014

 

Marie est bien la personne qui a le mieux communié à l'humanité du Christ. Sur le moment, elle n'a pas dû vivre la mort  de son fils comme manifestation de sa gloire. Avec les apôtres et les femmes qui l'entouraient, elle a dû attendre l'Ascension et la Pentecôte pour comprendre que c'est en cet instant de douleur que Dieu se révélait pleinement aux hommes. Dieu Père se donne en son Fils. Il n'est que don, qu'Amour et sur la croix Jésus nous remet l'Esprit.

Lire la suite : Edito de Mai 2014

Edito d'Avril 2014

 Durant sa vie, Jésus a vécu de nombreux passages : sa naissance, son baptême, son séjour au désert, les acclamations des foules et les critiques de ses adversaires… Tous ces moments ont marqué sa route. Après des calomnies, des jugements faussement fabriqués, l’abandon des siens, des coups de fouet, il arrive au grand passage de sa mort. Partageant pleinement notre humanité, il ressent angoisse et solitude et crie même vers son Père : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » puis il remet son esprit dans les mains de son Père. Il le répandra dans le cœur des hommes car, dans ces moments si douloureux, Jésus continue d’aimer. Il vit un amour si grand que la mort et le mal sont vaincus. Rien ne peut empêcher cette force d’amour et de vie d’ouvrir une brèche dans laquelle toute l’humanité est invitée à passer. Telle est notre foi.

Lire la suite : Edito d'Avril 2014

Edito de Février 2014

Quand Joseph et Marie présentent l'enfant Jésus au temple afin de suivre la loi, j'admire le vieillard Siméon. Il prend l'enfant dans ses bras et contemple en lui la lumière. Tout enfant âgé de quelques semaines apporte une lumière. Quand nous le tenons dans nos bras, une douce clarté rayonne de tout son être. En lui souvent, je dis contempler la présence divine.

Mais avec Jésus, Siméon va plus loin. Il contemple le salut qui nous vient de Dieu et la lumière qui brille pour toutes les nations. Sa Foi est extraordinaire. Dans ce bébé qui vient suivre la loi du peuple, il reconnaît l'Emmanuel, présence de Dieu qui vient libérer l'humanité du poids du mal et éclairer tous les hommes sur le sens de leur vie. S'adressant à Marie, Siméon évoque la manière dont ce salut sera manifesté. Il parle des souffrances que Jésus devra subir et du cœur transpercé de Marie à la mort de son fils.

Lire la suite : Edito de Février 2014

Edito de Janvier 2014

                                     En ce début d'année, nous accueillons des vœux, nous en formulons et cela nous engage. Comment souhaiter la paix, sans être artisan de paix ? Comment souhaiter la santé sans prendre soin les uns des autres…

Aujourd'hui, je désire souhaiter à nos communautés paroissiales l'audace de la fidélité.

Fidélité à nous-mêmes d'abord, loin de toutes compromissions. Que chacun de nous, de passage en passage, puisse renaître à lui-même dans la confiance et l'espérance.

Fidélité au Seigneur. Nous l'oublions tellement souvent, nous l'implorons quand tout va mal, ou nous nions sa présence dans les moments les plus durs. Aidons nous les uns les autres à toujours retrouver sa fidélité, lui qui n'est que don, jusqu'à nous donner son Fils.

Lire la suite : Edito de Janvier 2014