A+ A A-

Editoriaux mensuels

Edito de Février 2014

Quand Joseph et Marie présentent l'enfant Jésus au temple afin de suivre la loi, j'admire le vieillard Siméon. Il prend l'enfant dans ses bras et contemple en lui la lumière. Tout enfant âgé de quelques semaines apporte une lumière. Quand nous le tenons dans nos bras, une douce clarté rayonne de tout son être. En lui souvent, je dis contempler la présence divine.

Mais avec Jésus, Siméon va plus loin. Il contemple le salut qui nous vient de Dieu et la lumière qui brille pour toutes les nations. Sa Foi est extraordinaire. Dans ce bébé qui vient suivre la loi du peuple, il reconnaît l'Emmanuel, présence de Dieu qui vient libérer l'humanité du poids du mal et éclairer tous les hommes sur le sens de leur vie. S'adressant à Marie, Siméon évoque la manière dont ce salut sera manifesté. Il parle des souffrances que Jésus devra subir et du cœur transpercé de Marie à la mort de son fils.

Lire la suite : Edito de Février 2014

Edito de Janvier 2014

                                     En ce début d'année, nous accueillons des vœux, nous en formulons et cela nous engage. Comment souhaiter la paix, sans être artisan de paix ? Comment souhaiter la santé sans prendre soin les uns des autres…

Aujourd'hui, je désire souhaiter à nos communautés paroissiales l'audace de la fidélité.

Fidélité à nous-mêmes d'abord, loin de toutes compromissions. Que chacun de nous, de passage en passage, puisse renaître à lui-même dans la confiance et l'espérance.

Fidélité au Seigneur. Nous l'oublions tellement souvent, nous l'implorons quand tout va mal, ou nous nions sa présence dans les moments les plus durs. Aidons nous les uns les autres à toujours retrouver sa fidélité, lui qui n'est que don, jusqu'à nous donner son Fils.

Lire la suite : Edito de Janvier 2014

Edito de Décembre 2013

  Temps de l'AVENT, temps de l'ATTENTE…

  Qu’attendons-nous en fait ? La fête de Noël ? Le partage des cadeaux ? Le  temps des vacances ? Le Christ qui est déjà venu ? Le retour du Seigneur ? La fin du monde ?…

 Ce temps du cycle liturgique vient tous les ans nous rappeler une attitude fondamentale du Chrétien : être tendu vers, garder un cœur toujours ouvert pour accueillir le don de Dieu. Dieu s'incarne dans notre humanité ; Jésus accomplit une véritable révolution. Avec lui, Dieu se met à notre service, Il se manifeste comme don total qui rejoint toute créature humaine. En Jésus, chaque être humain est appelé à être divinisé. Et nous attendons le moment où l'humanité sera enfin visiblement réconciliée.

Lire la suite : Edito de Décembre 2013

La TOUSSAINT : Fête de l'Espérance

En prenant notre humanité, Jésus, le Fils de Dieu, donne à l'Homme sa pleine dimension. Par sa venue parmi nous, il nous fait participer à sa divinité. Quand, dans le «Je crois en Dieu», nous affirmons qu'il est descendu aux enfers, nous proclamons qu'il rejoint aussi tous ceux qui avant lui étaient décédés.

En cette fête de la Toussaint, nous célébrons notre appartenance à ce peuple immense appelé à se rassembler dans la lumière de Dieu.

Nous sommes en communion avec tous ceux qui nous ont précédés et que Dieu a «ajustés» à lui. Nous rejoignons tous ceux qui nous sont chers, qui sont une part de nous-mêmes, pour les confier au Seigneur et nous unir à la paix qui leur est donnée. Nous participons enfin à l'attente qui rejoint le désir de tous les hommes : être tous ensemble, réunis à la fin des temps dans le Christ glorieux.

Lire la suite : La TOUSSAINT : Fête de l'Espérance

Edito de Juillet 2013

C’est la saison des grandes vacances, vacances scolaires fixées par la loi, congés payés pour ceux qui ont un travail salarié, vacances judiciaires pour les tribunaux… Vacances…pierre_willermozLe mot ne résonne pas de la même manière pour tout le monde. A la fin d’une année scolaire, après les examens, les vacances peuvent s’ouvrir dans une ambiance de joie ou de déception… Le mot peut faire rêver d’espace, de voyage, de dépaysement, de repos. Il peut renvoyer aussi à un temps familial de tendresse et de détente. C’est aussi un temps dont certaines personnes profitent pour se ressourcer souvent par des lectures et, pourquoi pas par un temps de retraite ? Mais, pour ceux qui ne peuvent pas partir, pour les personnes isolées, celles qui sont enfermées dans leur chômage, leur maladie ou leur deuil, c’est souvent un temps de plus grande tristesse où la solitude se fait sentir.

Lire la suite : Edito de Juillet 2013