Logo

Avril 2008 : l'Ascension, fête d'avenir

Ascencion du Christ par garofalo

l'Ascension, fête d'avenir

Des amis viennent de m'annoncer le départ pour les États-Unis de leur aîné de 23 ans.

IL part pour au moins deux ans, envoyé par son entreprise pour le développement d'un produit innovant. Naturellement, les parents le voient s'éloigner avec une certaine tristesse, mais, disent-ils, "C'est pour lui une promotion qu'il a bien méritée et dont nous sommes fiers!"
En cette fête de l'Ascension, nous imaginons que les Apôtres, voyant leur Maître les quitter, étaient dans le même état d'esprit que ces parents.

 

"Ils le virent s'élever et disparaître à leurs yeux." Cependant : "Ils retournèrent à Jérusalem pleins de joie" écrit Luc.

Pas enlevé, mais élevé...

"Le Christ nous manque" disent parfois des chrétiens. "S'il était ici, il nous dirait comment faire ! Sa présence dynamiserait l'Église et lui donnerait le nouveau souffle dont elle a besoin ! " Ce sentiment d'absence est normal, mais n'efface pas la promesse de Jésus à son départ : " Je suis avec vous, tous les jours, jusqu'à la fin du monde !"

L'apôtre Paul a saisi le sens du départ du Christ comme un accomplissement : "Dieu l'a ressuscité des morts et fait asseoir à sa droite dans les cieux". A sa droite veut dire au sens biblique à égale divinité. Paul insiste : "Il l'a placé plus haut que tout".

La résurrection et l'ascension du Seigneur sont les deux faces d'un même évènement : celui qui a été crucifié et humilié est élevé et vivant dans la gloire du Père où il était auparavant. Néanmoins, "Christ ressuscité remplit maintenant le monde et notre vie".

La Pâque du Premier-né

"Il est le commencement, le Premier-né d'entre les morts" écrit Paul aux Colossiens. Et, dans la deuxième lecture d'aujourd'hui, il ajoute : "Il est la Tête de l'Eglise qui est son corps".

Au moment de la naissance, c'est normalement la tête de l'enfant qui passe la première et le corps suit. Le Christ est passé le premier de la mort à la vie et il nous entraîne avec lui. L'Ascension du Seigneur tourne le regard de l'Église vers son "Chef" et elle est en fête aujourd'hui à un double titre : elle est fière de son Seigneur glorifié et elle contemple en espérance l'avenir que son élévation lui promet.

En définitive, la fête de l'Ascension nous fait porter un regard positif sur l'Église. Faite d'hommes imparfaits et pécheurs, marquée par les faiblesses de son histoire, elle est le peuple de la promesse du Christ. Son avenir va vers l'accomplissement inscrit dans la glorification du Seigneur.

L'Avenir de l'Homme
L'Ascension du Seigneur aimante la montée de l'humanité vers Dieu. L'Ascension est une fête d'espérance pour tous les hommes, car elle dévoile leur avenir offert. Ainsi, elle nous apprend le destin inscrit dans tout être humain : le Christ lui a " préparé une place dans la Maison du Père.

En Jésus Christ, nous sommes sûrs que toute mort débouche sur une naissance à la vie nouvelle. Ce que nous serons est déjà réaiisé en Lui.

Nous contemplons dans le Christ la vie pleinement réussie d'un Homme entièrement tourné vers Dieu et en totale communion avec les hommes ses frères et avec I'univers, une vie réussie que Dieu "comble de sa plénitude".

Comment, dès lors, pourrait-on désespérer de l'homme d'aujourd'hui et de demain malgré sa violence, ses infidélités et ses rébellions ? Cela voudrait dire que Dieu s'est trompé, que1e Christ a raté sa mission et que l'Eglise est un leurre !

"Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les !" L'annonce de l'Évangile est un acte de foi en Dieu et d'espérance en l'homme.

Joseph Proux.
Réalisation : MEDIANETSYS, Agence Internet une réalisation de l'Agence Web Medianetsys