A+ A A-

Mars 2008 : Pâques, Proclamation d'un mystère

Jour de Pâques

Proclamation d’un mystère

CAREMELe jour de Pâques, partout à travers le monde, dans les églises chrétiennes, un même chant, une même proclamation, une même affirmation ferme se font entendre : Le Christ, qu’on avait mis à mort, est revenu à la vie ! Il est ressuscité ! Ce n’est pas en vain qu’il a consenti à la mort. Ce n’est pas en vain qu’il a accepté d’être injustement traité. Ce n’est pas pour rien qu’il s’est entièrement donné. L’amour qu’il a manifesté à son Père et qu’il nous a manifesté n’a pas été inutile, il a porté fruit. L’offrande que Jésus a faite de lui-même n’est pas restée sans écho. Dieu son Père l’a accueillie. Le Christ est ressuscité ! Évènement unique dans l’histoire du monde.

Des raisons de croire ?

Si on nous demande comment prouver que Jésus est ressuscité, nous répondrons que nous n’avons pas de preuves à mettre sur la table. Nous ne pouvons pas en avoir, car la résurrection du Christ est une vérité qui relève de la foi. Il faut croire en Dieu, il faut reconnaitre l’existence d’un Dieu maître de la vie et de la mort, il faut croire à l’amour d’un Dieu qui veut la vie et aime la vie, pour proclamer qu’il a ressuscité son Fils dans la force de l'Esprit. Notre foi en la résurrection du Christ repose sur notre foi en Dieu, créateur du ciel et de la terre. Elle en est une conséquence. Si Dieu est le Vivant, si tout ce qui est créé repose entre ses mains, pourquoi ne pourrait-il pas faire revivre celui que nous avons mis à mort ?
Nous n’avons donc pas de preuve scientifique qui atteste la résurrection de Jésus. Ce que nous avons cependant, et cela est extrêmement précieux à nos yeux, c’est le témoignage des premiers disciples qui ont d’abord vu Jésus de leur vivant, qui l’ont ensuite vu sur la croix, qui ont constaté sa mort et qui, trois jours plus tard, l’ont retrouvé vivant. Ils ont alors été transformés. Ils n’ont plus eu alors qu’un seul souci, celui de parler fortement, courageusement, joyeusement et inlassablement de l’expérience qu’ils venaient de vivre. « Le Christ que vous aviez mis à mort. Dieu l’a ressuscité ! » Voilà ce qu’ils ont proclamé à temps et à contretemps, partout, au risque de leur vie.
Ce qui nous est précieux – extrêmement précieux - c’est le témoignage de tous ces croyants et croyantes qui, depuis deux mille ans, ont cru eux aussi à la résurrection du Christ et en ont parfois témoigné en versant leur sang. Ces hommes, ces femmes, ces saints, ces saintes nous assurent que la foi en la résurrection du Christ n’est pas une idée en l’air, n’est pas une chimère, n’est pas un mythe. Elle est une force de vie et une source de joie.

 

Vivre selon ce qu’on est

Nous croyons donc à la résurrection. Nous proclamons la résurrection. Nous rendons grâce pour la résurrection du Christ. Mais nous ne nous arrêtons pas là. Nous ne pouvons pas nous arrêter là, à cause de cette phrase de Saint Paul qui a retenti à nos oreilles : « Vous êtes ressuscités avec le Christ, écrivait-il aux Colossiens. Recherchez donc les réalités d’en haut . » En d’autres mots : « Vous croyez à la résurrection, vivez donc comme des ressuscités. »
Qu’est-ce que cela veut dire « vivre comme des ressuscités ? » Cela veut dire : s’accrocher au Christ et ne pas le quitter. Cela veut dire : scruter l’enseignement du Christ et en faire la lumière et l’inspiration de sa vie, jour après jour. Cela veut dire : aimer comme lui, pardonner comme lui, soulager ceux qui pleurent comme il l’a fait, être généreux comme il était, être fidèle comme lui… et ainsi de suite.
Ne disons pas que c’est impossible. Ce serait impossible si nous étions laissés à nous-mêmes. Mais si le Christ est en nous, si la force de vie qui l’a ressuscité nous habite, nous ne pouvons plus dire « c’est impossible ». Nous devons dire « tout est possible », à cause de lui, à cause de l'Esprit qu’il met en nous.
Le Christ est ressuscité ! Nous sommes ressuscités avec lui. Alors, il nous est possible de vivre dans le sillage du Christ ressuscité. Il nous est possible de faire dominer en nous les forces de l’amour. Il nous est possible d’échapper au désabusement et d’être des hommes et des femmes d’espérance. Il nous est possible de faire reculer l’égoïsme qui nous ronge et ronge le monde. Il nous est possible de contrer la violence, de dompter l’injustice, de faire croître la douceur, d’instaurer la paix.

Cela nous est possible à cause de notre participation, dès maintenant, aux richesses de la résurrection de Jésus la sauveur. « Vous êtes ressuscités avec le Christ ! » L’affirmation est au présent, non au futur. Vivons donc comme des ressuscités !