A+ A A-

Edito de Décembre 2017

A l'approche de Noël : 

Habillons notre cœur de joie ! 

Il fait jour trop tard et nuit trop tôt… Grisaille, froid, pluie sont devenus notre lot quotidien… Les premières attaques de grippe ont eu lieu, et d’autre se préparent… Beaucoup ont le moral… « dans les chaussettes » ! Pas facile, en effet, dans ce contexte de raréfaction de la lumière naturelle, de garder le cœur en joie et d’avoir le sourire aux lèvres ! « Vivement que revienne le printemps ! », sommes-nous tentés de penser, alors que les rigueurs de l’hiver, pourtant, ne sont pas encore survenues.

 

Cependant, dans quelques jours, Lyon va s’illuminer. Ce sera le temps de « la fête des lumières » et, pour les catholiques, un moment privilégié pour célébrer Marie, mère de Jésus et mère de l’humanité. Les boutiques vont être davantage décorées, nous inviter aux achats, nous rappeler avec force que les « fêtes de fin et de début d’années » sont à notre porte. Le vocable « Noël » va être affiché et proclamé un peu partout, le plus souvent sans contenu religieux, mais de temps en temps, quand même, avec une référence explicite à la célébration de la Nativité du Christ Jésus.

 

La fête de l’Immaculée Conception d’abord ; le temps de la préparation à Noël et la fête de la Nativité du Seigneur elle-même, sont là pour nous aider à traverser et à vaincre ce temps où nos visages comme nos jours s’obscurcissent. Un vrai cadeau ! Une belle incitation à ne pas nous laisser aller à la déprime ! Il nous faut, en effet, vouloir repousser les obscurités ! Il nous faut vouloir illuminer la nuit ! Il nous faut habiller nos cœurs de joie, et faire surgir celle-ci dans nos yeux et sur nos lèvres !

 

Faisons place à notre imagination créatrice et restauratrice ! Disons-nous, chacun personnellement, que notre thorax abrite une grotte ! La grotte où désire pouvoir venir se lover l’enfant Jésus ! Nettoyons en pensée notre être intérieur ! Débarrassons-le progressivement de tout ce qui l’encombre et l’abime ! Mettons-y de la paille fraiche et odorante, et installons-y la lanterne qui diffusera une douce et chaude lumière ! Rendons le lieu – notre cœur – aimable, accueillant. Visualisons tout cela, tout ce que nous saisissons comme étant notre paysage intérieur. Mesurons combien, rien que penser à cet aménagement déjà, nous apporte de la paix. Et puis sourions à l’enfant qui vient. Disons-lui : « Viens, viens Seigneur Jésus ! Viens te nicher dans la grotte de mon cœur ! Viens faire de mon cœur un vrai cœur d’amour !».

 

Car la joie, pour pouvoir se donner, pour pouvoir se recevoir, pour pouvoir se partager, a besoin d’être cultivée. En ce temps de l’Avent, transformons-nous en « cultivateurs de joie » ! Devenons lanterne, torche, cierge, lampe ! Décidons de faire brûler en nous l’huile d’amour, celle de notre baptême ! Ensemble devenons farandole ! Soyons, comme le Christ nous y appelle, « lumière du monde », lumière pour le monde !

 

Christian DELORME