A+ A A-

Rencontres

Conférence Relais Lumière Espérance

Conférence-débat pour la Région Auvergne :

 

Pour parler de ce sujet, nous avons invité le Dr Dominique Soyris (médecin psychiatre à Montpellier) Agnès Auschitzka (psychologue, journaliste, licenciée en théologie) et Sœur Marie-Régis Arnaud (responsable de la PPH et conseiller spirituel du groupe Relais Lumière Espérance de Moulins).

Le groupe de Moulins a organisé cette conférence pour montrer que l’on peut ouvrir son cœur, changer son regard et trouver un chemin d’espérance grâce à un soutien amical et spirituel dans les groupes de Relais Lumière Espérance.

Accéder à la première partie avec Dominique Soyris en cliquant ici

Accéder à la seconde partie avec Agnès Auschitzka en cliquant ici

Accéder à la troisième partie avec Sœur Marie-Régis Arnaud en cliquant ici

« Quand la foi dialogue avec la pensée contemporaine »

Notre ami Jacques Tyrol publie aux Éditions Parole et Silence un livre d'entretiens dans lequel se font entendre les voix de dix-neuf témoins contemporains de la foi chrétienne, hommes et femmes engagés à des titres divers au sein de la société et qui ont le souci de témoigner de l'Évangile à la manière de Saint-Dominique. Dans cet ouvrage qui se lit fort bien, se livrent en toute liberté et sincérité des laïcs et des clercs (dont un évêque), des femmes et des hommes dont beaucoup sont impliqués dans des mondes qui sont souvent très éloignés de la foi chrétienne et de l'Église. Au cœur de leurs discours singuliers, s'exprime une même double préoccupation : celle du dialogue et de l'annonce.

(236 pages, 22 euros)

Une « carte postale » du Liban

À l'invitation du Père Michel Naffah, prêtre maronite, ancien curé (2004 – 2010) des paroisses Saint-Romain et Saints Côme et Damien, nos amis Danielle Tonucci, Geneviève et Philippe Seguin ont passé une semaine, fin octobre, au « pays des cèdres ». Ils ont été accueillis et traités avec beaucoup de chaleur, ce dont ils nous rendent compte dans une sorte de « carte postale » enchanteresse. Petit pays de 4,5 millions d'habitants qui ne se sont toujours pas remis d'une longue guerre civile, le Liban doit accueillir actuellement sur son territoire près de 2 millions de réfugiés syriens ! Après être resté deux ans sans président de la République, ses parlementaires viennent d'élire le général chrétien Michel Aoun, 80 ans, proche de l'Iran. 

Abouna  Michel ![1]

Notre ancien curé Michel NAFFAH a en charge la paroisse Saint Georges à Beyrouth. Il nous a invités à passer une semaine chez lui et nous a fait visiter ce beau pays du Liban.

Sa famille, ses amis (merci Afifé, merci Nathalie) nous ont accueillis à bras ouverts malgré leurs occupations et leurs tracas vu l’instabilité de la Région.

Trait d’union entre Occident et Orient, Michel s’exclame : « Vous êtes venus à trois, vous reviendrez à vingt ! »



[1] Notre Père Michel

 sur Facebook https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1780404552228103&set=pb.100007757263285.-2207520000.1478250290.&type=3&theater

groupe "Fils d'Abraham"

Témoignage...

Créé à l'initiative du Père Max Bobichon, le groupe «Fils d'Abraham » existe à Lyon depuis plus de vingt ans. Parmi ses initiatives : l'organisation « d'itinérances de prière » qui ont pour but de permettre à des croyants juifs, chrétiens et musulmans de découvrir divers lieux de culte de notre agglomération et de se retrouver ensemble pour prier chacun selon sa tradition et sa foi.

Le dimanche 29 mai dernier, ainsi, une nouvelle « itinérance » s'est déroulée à Villeurbanne avec trois haltes successives : la synagogue Keren Or des Juifs libéraux de la Métropole, la mosquée Othmane de la rue Octavie et l'église de la Sainte-Famille.

Notre amie Nicole Gallois, qui y a participé, nous partage ses souvenirs et impressions.

 

À la Synagogue Keren Or, nous avons eu une introduction au Judaïsme Libéral dont voici quelques extraits :

« Notre judaïsme est traditionnel. Il se fonde sur la Tradition écrite (la Torah et la Bible) et orale (rabbinique), tradition en constante évolution qui a toujours affirmé la primauté du comportement éthique et de la recherche de la vérité…..

Nous affirmons que Dieu, source de l’existence, a scellé une Alliance avec le peuple d’Israël et a donné à chacun la responsabilité d’être porteur du message divin afin d’agir et de participer à la Rédemption,

Nous recherchons une expression contemporaine de la spiritualité empreinte de fidélité, d’ouverture et de cohérence…» selon le rabbin Garaï.

Une chorale d’enfants des trois lieux de culte a chanté quelques chants créés par le chef de chœur, accompagnés à la guitare.

Un groupe de quelques jeunes a chanté quelques textes de méditation extraits du Siddour (livre de prières journalières) :

« Éternel notre Dieu, Puisses-tu faire que dans nos vies soient présents l’amour, la fraternité, la paix et l’amitié; puisses-tu multiplier le nombre de sages et de disciples, et nous accorder un entourage honnête et de bonnes inclinations…

Mon Dieu préserve ma langue de la médisance et mes lèvres du mensonge. Rends mon âme insensible à l’offense et donne-moi l’esprit d’humilité…»

Extrait aussi du Siddour, le texte de Manon :

« La synagogue est appelée Maison de rencontre… Maison d’études… Maison de prière…

Que ses portes soient grandes ouvertes pour recevoir ceux qui sont à la recherche de la présence de l’autre.

Puisse-t-elle recevoir ceux qui ont des peines à soulager, des remerciements à exprimer, des espoirs à formuler ;

Que ses portes se referment sur la petitesse, l’envie, l’inimitié et l’arrogance… »

Ensuite les enfants, ils étaient nombreux, ont fixé sur un grand tableau représentant trois arbres au tronc commun, chacun un signe de sa foi… Le tableau nous a suivis dans les deux autres lieux de cultes et les enfants à la mosquée et à l’Église ont collé aussi leurs petits signes de communauté. Le résultat a été très émouvant.

 

Nous nous sommes ensuite rendus à la Mosquée Othmane :

Après déchaussement, nous avons été accueillis dans la salle de prière avec des explications sur sa disposition et son fonctionnement : sobriété de la décoration pour que la prière reste humble et demande que l’on se concentre. Mais reste la beauté des frises avec écritures coraniques. Le sol est entièrement recouvert de moquette. Les hommes prient en bas et les femmes à l’étage.

Une niche tournée vers la Mecque, le mirab, avec au-dessus deux rappels importants pour le fidèle : la profession de foi ou Chahada et un verset du Coran « nous avons fait de vous une communauté de Justes pour que vous deveniez des Témoins  ».

Puis nous avons été conviés à monter à la bibliothèque qui permet aussi rencontres et échanges. Là nous avons été accueillis par de nombreux enfants qui nous faisaient la haie en chantant : « Salam aleikoum, Bienvenus, salam, shalom, salut » ! C’était vraiment très touchant et en même temps très gai !!!

Le chef de chœur de la synagogue nous a donné un petit concert avec sa guitare et la Chorale où il a réuni depuis un certain temps les enfants de la Synagogue, ceux de la mosquée Othmane et de l’église de la Sainte Famille. Il espère pouvoir les faire intervenir dans d’autres rassemblements et dans des radios (RCF...) Des jeunes ont psalmodié et chanté des invocations dont deux qui me paraissent riches :

« Seigneur ! Nous croyons ; pardonne-nous donc et fais-nous miséricorde, car Tu es le meilleur des Miséricordieux » Coran 23/109.

« Seigneur ! Ne laisse pas dévier nos cœurs après que tu nous aies guidés ; accorde-nous ta Miséricorde. C’est Toi, certes, le Tout-Donateur ! Seigneur ! C’est Toi qui réuniras les gens, un jour sur lequel il n’y a point de doute. Dieu, vraiment, ne manque jamais à Sa promesse. »  Coran 3/8-9.

Les enfants ont encore chanté et fixé leurs petits signes distinctifs sur les arbres du tableau.

 

Puis nous sommes allés à l’Église de la Sainte Famille :

Nous avons été accueillis par le jeune curé qui a présenté sa paroisse et son fonctionnement.

Puis une paroissienne nous a présenté en détail le mobilier de l’église (autel, ambon, tabernacle, bénitier, chemin de croix ….) et son rôle au cours des cultes.

La petite chorale des enfants avec son chef de chœur israélite et sa guitare, s’est produite encore une fois.

Nous avons alors eu une lecture extraite de l’Évangile de Jean : 15,9-13

« Voici mon commandement : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés…»

suivie par un commentaire du Curé.

Les enfants chrétiens ont ensuite placé sur l’arbre leurs signes distinctifs de chrétiens, puis ont déposé des lampions sous le tableau des trois arbres à tronc commun.

 La journée s’est terminée par un repas partagé dans la salle paroissiale (sans viande, bien entendu !) où nous avons pu échanger entre communautés différentes.

 

                                                                                                       Nicole GALLOIS